Le tunnel

Traverser le terrain de tennis. Esquiver les balles, surtout esquiver les balles. Ne pas s’en prendre une dans la tête, les yeux. Les gens font n’importe quoi. Un touriste en Angleterre, il ne doit rien lui arriver, surtout il ne doit rien lui arriver.

L’office de l’immigration grouille d’âmes en peine. Ma situation est privilégiée, je ne suis qu’un touriste égaré. Une employé m’a promis que je pourrais rentrer en France.

Cette fille fait de la chasse. Je trouve ça curieux. C’est « juste comme ça » me dit-elle. Parfois elle part. Quelques jours. Elle est brune.

Deux Français perdus au pays du thé. Rentrerons-nous un jour chez celui du vin ? Moi ça m’est égal. Rester avec elle, je la suivrai.

Soudain il fait noir. Le tunnel sous la Manche. Elle vient s’asseoir sur moi. Je suis surpris mais ça ne me dérange pas. Un moment doux dans une période sombre. Je l’embrasse dans le cou, elle suce mon pouce.

Traverser le tunnel prend 20 minutes. C’est un peu court. Je regrette que la Manche ne soit pas un océan. Rester comme ça, avec elle, plus longtemps.

Peu avant que la lumière ne revienne elle retourne à son siège, en m’embrassant sur la joue droite.

Je ferme les yeux. Prolonger cette sensation tendre, cette intimité illusoire. Regarde-t-elle par la fenêtre ? Sourit-elle en me regardant ? Peut-être qu’elle pense à la chasse. Je ne sais pas. 

Le retour à Paris est douloureux. Je ne sais que trop bien comment les rêves se finissent. Elle ne reviendra jamais me voir. Elle a dû rester quelque part, dans le tunnel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :