Femmes du sud

Femmes du sud, au regard azur
Dont les robes soufflent le mercure
Femmes du sud, aux dents blanches
Dans lesquelles nos cœurs s’épanchent
Femmes du sud, aux fesses rebondies
Terrifiants motifs de nos insomnies
Femmes du sud, à la désinvolture vermeille
Délicieuse torture sans pareille
Femmes du sud, aux cheveux teints
Dont jamais la lueur ne s’éteint
Mèches blondes ou brunes, on les aime comme les amandes ou les prunes
Femmes du sud, à la peau tannée
C’est pour cette couleur que l’on veut se damner, pour elle que chez vous jamais le soleil ne sera fané
Femmes du sud, couvertes de bijoux
Cela ne revêt d’aucun mauvais goût
Mais d’un glamour précieux comme l’acajou, aussi délicieux que l’amour de vos joues
Femmes du sud, au bord de la piscine
Vos courbes glissent comme une trop courte comptine
Et sous les parasols le marbre mouillé
Rappelle les tournesols humectés par une douce rosée
Femmes du sud, au tempérament de feu
Éprouvant les amants qu’ils soient peureux ou valeureux
Brûloir frais comme le lin du soir au matin
Jamais mesquin et pour toujours sans fin
Femmes du sud…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :