Érable du Japon

Il passa le portail.

De fins fils de soie striaient les herbes, c’étaient les toiles d’araignée, qui brillaient au soleil.

Plus loin, la rose trémière, qui pliait sous son poids, se balançait au vent.  

Par terre, les feuilles sombres du prunus tachetaient le sol. Motif fauviste.  

La maisonnette de son père, un escargot accroché à la porte caillée, immobile.

Au vent, les feuilles des arbres, brins d’herbe, fleurs restantes ; ondes paisibles du jardin qui se mêlaient à celle, foisonnante, de la faune occupée : abeilles, guêpes, minuscules moucherons qui n’étaient que points dans le contrejour du soleil, bourdons et tant d’autres qui vivaient et s’affairaient. Ce jardin était une ville, avait sa propre administration ; qui était-il sinon un intrus ?

Il s’efforçait donc de disparaître, pour ne pas gêner, en s’immobilisant par moment. Prenant racine, le ballet de la nature lui apparaissait clairement : des bébés lézards languissaient sur des pierres chaudes, se mouvaient entre les herbes, des roses respiraient, le tilleul jaunissait ses feuilles ; plus loin le pommier clair-obscur, le chêne stérile et le conifère disparu.

Au fond, la porte sur les champs, qui devaient être en labour à cette époque. Combien de temps qu’elle ne s’était ouverte ? Entre les ombres, sa serrure rouillée, quelque peu grinçante, mais qui, si l’on forçait un peu, s’emploierait avec bonne volonté.

Longues et nombreuses, les ombres des arbres découpaient le jardin en bandes. Entre ombres et lumières. Où était-il, lui ?

Il revint à l’entrée et s’étonna que le portail tînt encore debout ; vieux, délabré, sa peinture un vestige du passé.

Dehors, c’était la rue déserte. Au fond, la maison silencieuse. Surtout, celle qui y habitait autrefois. Ils descendaient du bus, non loin, en revenant du collège. Ils marchaient une ou deux minutes ensemble, jusqu’à ce portail qui devait afficher une autre figure à l’époque. Puis, elle lui disait « au revoir » en souriant. Et c’était tout.

Il repassa le portail. En entrant, ce petit érable du Japon, pas plus grand qu’un enfant, qui semblait vous attendre, vous souhaiter la bienvenue, et le rouge lumineux de ses feuilles aurait été les yeux brillants du jeune garçon, leur lueur d’espoir.

Oui, il était toujours là, cet érable du Japon.

Toujours là.

Pour découvrir d’autres textes :

Pari fermier

Au Pari Fermier, marché de l’agriculture locale, la beauté des exploitantes me surprit. J’en venais à douter que ce fût bien elles et non pas quelques belles dames employées à…

Lire la suite

La fête

Vous êtes dans un appartement, une grande fête s’y prépare, des convives arrivent au fur et à mesure, ils vous ressemblent mais vous n’êtes pas convié ou plutôt vous ne…

Lire la suite

New York

L’écriture c’est la liberté totale, c’est l’infini du possible ; c’est New York : Now you’re in New York, concrete jungle where dreams are made of  There’s nothing you can’t…

Lire la suite

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

Un avis sur « Érable du Japon »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :