La freelance

Nous étions dans cette longue queue, fort heureusement il ne pleuvait pas. 

Un gros gorille qui n’avait pas l’air méchant. Il hésitait à me faire rentrer. Alors je lui tins ces paroles qui me rappelaient mon vécu :

« Faut qu’j’quitte la France, sinon la petite me mange, c’est la freelance, c’est la freelance, que je bien pense, salaire de la Défense. »

Sûrement que ce frère de douleur se reconnut dans une de ces phrases qui touchaient à l’universel, et il ouvrit le cordon. 

À l’intérieur c’était le Tartare, une terre barbare. 

Toute la soirée, à travers le feu et l’obscurité, résonna entre les murs de mon tourment : 

Faut qu’j’quitte la France, sinon la petite me mange 
C’est la freelance, c’est la freelance
Que je bien pense, salaire de la Défense

Pour découvrir d’autres textes :

Pari fermier

Au Pari Fermier, marché de l’agriculture locale, la beauté des exploitantes me surprit. J’en venais à douter que ce fût bien elles et non pas quelques belles dames employées à…

Lire la suite

La fête

Vous êtes dans un appartement, une grande fête s’y prépare, des convives arrivent au fur et à mesure, ils vous ressemblent mais vous n’êtes pas convié ou plutôt vous ne…

Lire la suite

New York

L’écriture c’est la liberté totale, c’est l’infini du possible ; c’est New York : Now you’re in New York, concrete jungle where dreams are made of  There’s nothing you can’t…

Lire la suite

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

Un avis sur « La freelance »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :