La freelance

Nous étions dans cette longue queue, fort heureusement il ne pleuvait pas. 

Un gros gorille qui n’avait pas l’air méchant. Il hésitait à me faire rentrer. Alors je lui tins ces paroles qui me rappelaient mon vécu :

« Faut qu’j’quitte la France, sinon la petite me mange, c’est la freelance, c’est la freelance, que je bien pense, salaire de la Défense. »

Sûrement que ce frère de douleur se reconnut dans une de ces phrases qui touchaient à l’universel, et il ouvrit le cordon. 

À l’intérieur c’était le Tartare, une terre barbare. 

Toute la soirée, à travers le feu et l’obscurité, résonna entre les murs de mon tourment : 

Faut qu’j’quitte la France, sinon la petite me mange 
C’est la freelance, c’est la freelance
Que je bien pense, salaire de la Défense

Pour découvrir d’autres textes :

Des olations

Tu traverses la désolation en musique. Tu te dis « la musicalità elle me sauvera ! »… L’effondrement avec opium, la traversée avec palliatif ; le retour est trop dur, le réel est une…

Lire la suite

Compas

Cryptique. Déferle comme des vagues. Cheveux bras fesses. C’est Périclès. Périssable, rien n’empêche. Profane ou propal. Margarida, que dis-tu ? Papiers les as-tu, as-tu plus ? Ohayo, ohaya ? Parler…

Lire la suite

Sornettes

Pour que je m’en sorte net il me faut des sornettes, des sucettes, de ces blagounettes on en raffole dans les maisonnettes : caramel et crêpe, les bigoudinettes les suffraginettes…

Lire la suite

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

Un avis sur « La freelance »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :