La cuisine

— LA CUISINE ! AH, LA CUISINE !
— On l’a retrouvé comme ça, mon capitaine.
— LA CUISINE ! ARGL !
— Qu’est-ce qu’il baragouine ?
— LA CUISINE !
— Il sait plus dire que ça, mon capitaine.
— LA CUISINE, LA CUISINE !
— Putain, qu’est-ce qu’il devait foutre ?
— AH, FOUTRE, LA CUISINE, AH !
— Une mission de reconnaissance, apparemment dans une fameuse « cuisine », mon capitaine.
— LA CUISINEEEE !
— Il est devenu complètement con ma parole.
— Traumatisé, capitaine.
— LA CUISINE !
— Traumatisé mon cul ! Indochine, Vietnam, Yougoslavie, Irak, Afghanistan, récemment Sahel : ça c’est un itinéraire qui vaut le détour ! J’en fais pas tout un flan moi.
— Non, capitaine.
— LA CUISINE, ARGL !
— Plus rien dans le ventre vous autres jeunes, pourris gâtés à manger du pain blanc à longueur de journée, le premier truc venu ça bégaye comme un nourrisson.
— Oui, capitaine.
— CUISIIIIINE !
— M’en vais lui foutre une baffe moi ça va le requinquer.
Baf.
— AH ! À MOI ! LES CHATTES ! LA CUISINE ! ELLES SONT DE RETOUR !
— Du nouveau, capitaine !
— LES CHATTES, ARGL !
— Les chattes ?! La cuisine ?!
— LES CHATTES ! LA CUISINE !
— Les chattes, la cuisine, mon capitaine.
— Vous y entendez à ces conneries ?
— LES CHATTES !
— Négatif, mon capitaine.
— LA CUISINE !
— Mais qu’est-ce qu’on va foutre de ça.
— AAAAH JE MEURS !
— Aucune idée, mon capitaine.
— LES CHATTES, PARTOUT DES CHATTES…
— Bordel.
— CHATTE !
— Capitaine ?
— CUISINE !
— Humpf, bon, quand même, y a peut-être quelque chose. Qu’on me prépare une équipe.
— CHATTES !
— Je m’en vais vous l’inspecter cette « cuisine ». J’ai fait le Vietnam, moi. C’est pas une
« cuisine » qui va m’impressionner, moi.
— LA CUISINE ! NON, PAS LA CUISINE !
— Bien, mon capitaine.
— NON ! CAPITAINE, LES CHATTES, LA CUISINE… PARTOUT !
— Et vous me collerez celui-là à l’asile, putain.
— Oui, mon capitaine.
— LES CHATTES, PARTOUT ! PARTOUT, PARTOUT LES CHATTES…

Pour découvrir d’autres textes :

Des olations

Tu traverses la désolation en musique. Tu te dis « la musicalità elle me sauvera ! »… L’effondrement avec opium, la traversée avec palliatif ; le retour est trop dur, le réel est une…

Lire la suite

Compas

Cryptique. Déferle comme des vagues. Cheveux bras fesses. C’est Périclès. Périssable, rien n’empêche. Profane ou propal. Margarida, que dis-tu ? Papiers les as-tu, as-tu plus ? Ohayo, ohaya ? Parler…

Lire la suite

Sornettes

Pour que je m’en sorte net il me faut des sornettes, des sucettes, de ces blagounettes on en raffole dans les maisonnettes : caramel et crêpe, les bigoudinettes les suffraginettes…

Lire la suite

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :