Supercherie

Démangé au talon droit depuis un certain temps je m’arrêtais pour me gratter en prenant appui sur une rambarde que je croyais solide et métallique mais que je sentis soudain s’affaisser vers moi comme une chose fragile et sur le point de s’effondrer ; contrairement à ce qui avait pu me sembler cette espèce de soutien public n’était en rien fait du fier et fiable métal bien forgé mais plutôt était en cette sorte de carton-placo médiocre, qui avait certainement dû coûter un montant égal à son utilité c’est-à-dire rien. Promenant plus amont mon regard interloqué je m’aperçus que la ruelle était parsemée de ces faux appuis dont une inspection toute sommaire (un clin d’œil suspicieux) me révéla de manière immédiate qu’ils n’étaient qu’un ensemble tordu, rongé, sur le point de s’effondrer, des choses qui tenaient bien plus de la figuration conceptuelle, si l’on croyait qu’elles représentaient une digue pour nos bras ou nos coudes ou quelque partie de notre corps à supporter momentanément, que d’un soutien réel, physique, solide, bien investi et bien planté dans le bon sol français. Bref, la démangeaison ne me quittant pas je dus me résoudre à une sorte d’acrobatie fort risquée et qui ne reposait (bien aléatoirement) que sur ma faculté d’équilibre (assez médiocre) pour aller atteindre mon talon dont la piqûre continuelle menaçait de me faire interner. Ceci enfin fait je pus poursuivre ma route. Mais cette fois je prenais bien garde à rester éloigné de ces multiples faux frères cartonneux-placoteux et jugeais mes pas avec circonspection dans ce que j’avais découvert comme n’étant rien d’autre que, -et si on n’en eut pas conscience, potentiellement mortelle-, une vaste supercherie.

Pour découvrir d’autres textes :

Adresse

Aime-moi ! Quel est ce masque ? Putain ! Ta bouche est laide mais tes yeux sourient. Leur message ? Tu hoches la tête, tu te cambres, tes doigts se…

Lire la suite

Grande bouche

Ils ne sont pas des hommes, ils sont de grandes crêpes. On les tourne, on les retourne, on les assaisonne, puis ils sont mangés par une grande bouche qui n’est…

Lire la suite

Stan Smith

J’entre dans le tramway il est bondé – une fois posé remis (entrer dans le T2 c’est une aventure) je vois en manches courtes tissu bleu clair et casquette écouteurs…

Lire la suite

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :