La quatre fromages

Alors qu’il rentrait chez lui en marchant à côté de la route, il croisa un affichage, pour des pizzas, qui rencontra la disposition favorable de son ventre. Composant le numéro, une voix féminine lui répondit.

— allo, bonjour madame, ce serait pour une quatre fromages s’il vous plaît.
— une qua ?… monsieur… je ne suis pas sûre d’avoir bien… pourriez-vous répéter ?
— bien sûr, je disais donc une quatre fromages, s’il vous plaît.
— monsieur, je… je, excusez-moi, je ne comprends pas.
— comment ça ? une quatre fromages ? je…
— est-ce une forme de code, monsieur ? Vous pouvez parler clairement, notre ligne est sécurisée.
— mais, enfin… enfin je pourrais pas le dire plus clairement, une quatre fromages, madame !
— quatre… fromages… non vraiment, monsieur… je crois comprendre votre gêne, votre retenue, mais hélas, le code que vous employez… je ne le connais pas… Si vous pouviez, je vous prie, exprimez votre désir avec clarté, je vous répète, une nouvelle fois, que notre ligne est sécurisée. Notre conversation ne sera pas archivée, nous ne gardons aucune trace des appels de nos clients.
— mais ! C’est moi qui comprends pas, c’est une plaisanterie ou ? Une quatre fromages, pour une pizzeria, enfin j’sais pas…
— non vraiment monsieur, je vais devoir raccrocher…
— mais vous savez bien, moza, bleu, chèvre, cheddar, enfournez c’est pesé ?
— Cette blague est de très mauvais goût, Monsieur. Notre maison est des plus sérieuses et nous fournissons un service de première qualité. Service que nous aimerions prodiguer sans que d’être importuné. Nous subissons déjà suffisamment de préjugés. Cela est sûrement facile, pour vous, mais nous trouvons votre démarche très déplacée.
— mais enfin, je veux juste une pizz…
— … elle a raccroché.

Restant interloqué par cette histoire, il retourna sur ses pas pour en lever le voile. Après cinq minutes il s’en fut de nouveau devant l’affiche. En fait, il y en avait deux. L’une, effectivement, pour des pizzas. L’autre, en fait, pour un service d’escort. Il en venait alors à comprendre ce quiproquo, mais ce qui l’étonna toutefois ce ne fut pas le curieux hasard de numéros, mais que l’on pût, effectivement, comme une quatre fromages, commander une femme.

Découvrir de nouvelles ambiances :

Rêve

Laisse-moi jouer, rêve, enfant de putain ! Me laisseras-tu sortir des rails ? Cesseras-tu d’enfermer ma folie, ma volonté ? Tu n’es rien ! rien sans moi. Dès que je romps son…

Lire la suite

Bretonnes

Puis nous partions en virée. Tu connais pas Malo ? Viens, je te montre. Les filles là-bas, c’est pas croyable, tu verras. Je voulais bien le croire, on partait comme…

Lire la suite

Train

Un train et un homme très pressé arrivaient simultanément. Me trouvant sur le passage un peu en amont de la gare je décidai d’observer cette coïncidence de faits. L’homme était…

Lire la suite

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :