Vacarmara

Je profiterais de la quiétude du parc.

Quelque silence, quelque repos : une belle idée.

Seulement c’était l’été.

Des imprévus.

À peine plaçai-je sur le banc mon humble postérieur en quête de paix que les perceuses chantaient. Elles mes sfuginaient le cerveau. Brutalement, directement, impitoyablement, à intervalle irrégulier : autant d’éclairs imprévisibles et terribles, terrassants. Travaux de l’école qui ne seraient pas une mélodie marginale mais l’incipit d’une grande symphonie : que les rejoigne le grondement lointain d’un avion pour le mouvement premier. L’explosion vacarmante de ses réacteurs monstrueux, le vrombissement de sa motorisation toute-puissante, le déploiement de son envolée angélique. Abruti, violenté, je gardais des fonctions cognitives suffisantes pour apprécier le pont de cette belle œuvre qui arrivait certainement. Aussitôt, le hurlement d’un enfant tentant de fuir la tyrannie parentale, ses géniteurs trop heureux de participer au chœur à leur tour, doux refrain revenant telle une ritournelle jusqu’à ce que le cochon fût enfin calmé et les porcs abattus. Intermède mozartien. Ici, le mouvement final : les perceuses qui reprenaient pour en finir avec la quiétude de mon cœur, de mon âme. Devant moi, cette pelouse jaune et sèche. Tentant, à travers les bombardements de la mécanique et de la stupidité, de me dire, je le crois, ses brins d’herbe vivotant gentiment au vent, qu’elle était, elle aussi, à cet instant, exténuée de ne pouvoir goûter, même qu’une seule seconde, au silence. Et que si elle était, maintenant, si sèche et craquelante, ce n’était pas à cause de l’hydrométrie gourdasse ou de la pluie pimbêche, mais bien à cause des incessants shhhhhi et fsssssschuu et psssssi et pffffffu et vruuuuuum et eeeeuh et Gaëeeeeeel et fseuh qui l’avaient depuis trop longtemps tamisée de toute gouttelette de tranquillité, de toute quiétude de fraîcheur, de toute sérénité aquadescente, et bazardée droit, tout droit dans le désert mondial du bruit, le Vacarmara.

Découvrir de nouvelles ambiances :

Des olations

Tu traverses la désolation en musique. Tu te dis « la musicalità elle me sauvera ! »… L’effondrement avec opium, la traversée avec palliatif ; le retour est trop dur, le réel est une…

Lire la suite

Compas

Cryptique. Déferle comme des vagues. Cheveux bras fesses. C’est Périclès. Périssable, rien n’empêche. Profane ou propal. Margarida, que dis-tu ? Papiers les as-tu, as-tu plus ? Ohayo, ohaya ? Parler…

Lire la suite

Sornettes

Pour que je m’en sorte net il me faut des sornettes, des sucettes, de ces blagounettes on en raffole dans les maisonnettes : caramel et crêpe, les bigoudinettes les suffraginettes…

Lire la suite

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :