Mort et infini

La seule mort qui vaille c’est enseveli sous tout un tas de corps de femmes en sueur.

Ces deux filles ne sont pas des filles elles sont une fenêtre sur leur pays. Ses paysages sont magnifiques ils sentent bons. Son atmosphère et son air sont doux, si doux à en crever. On voudrait le respirer pour toujours cet air. On voudrait y boire à jamais à ses rivières. On voudrait les parcourir à l’infini ses collines vallonnées. Mais la fenêtre se referme. Le pays s’en est allé. Elles se sont en allées. Tout cela n’est que de passage. Laisse peu de traces. Rien que quelques impressions, quelques odeurs. De belles impressions, de très belles odeurs. Qu’il vaut mieux garder telles quelles, plutôt que de vouloir retrouver. Ce qui est mort ne peut revenir qu’en souvenir. L’aspect du cadavre nous décevrait.

Les collines vaginales on peut pas toujours les arpenter. Il y fait froid la nuit tombée. Et la nuit tombe toujours. Les collines sont de fumée. Une image. Une idée. Une illusion. Caressante. Ne pourrais-tu pour toujours exister ? Pute. Pardonne mon langage. Je t’aime. Trop d’amour confine à la haine. Paradoxe cruel. M’en veux pas. Tu m’as tout pris déjà mais je t’en veux pas moi. Un peu, rien que ça. Mais un peu c’est rien pour l’infini. C’est comme ça que je t’ai aimé. Une seconde de toi ç’a été l’infini en moi. Ça m’aura suffi juste pour toujours. Ric-rac. C’est bien parce que c’est toi.

L’infini de tout ce que je t’ai aimé.

Pour découvrir d’autres textes :

Rêve

Laisse-moi jouer, rêve, enfant de putain ! Me laisseras-tu sortir des rails ? Cesseras-tu d’enfermer ma folie, ma volonté ? Tu n’es rien ! rien sans moi. Dès que je romps son…

Lire la suite

Bretonnes

Puis nous partions en virée. Tu connais pas Malo ? Viens, je te montre. Les filles là-bas, c’est pas croyable, tu verras. Je voulais bien le croire, on partait comme…

Lire la suite

Train

Un train et un homme très pressé arrivaient simultanément. Me trouvant sur le passage un peu en amont de la gare je décidai d’observer cette coïncidence de faits. L’homme était…

Lire la suite

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :